Souvenirs du 30 avril

La date commémorative du décès de Sylvain Lelièvre a été souligné à ICI Musique et ICI première en avril dernier. Emporté par un accident barotraumatique à bord d’un avion, le poète originaire de Québec a fait l’objet de quelques hommages depuis sa disparition le 30 avril 2002. À son émission Quand le jazz est là, Stanley Péan a fait entendre neuf pièces du répertoire de Lelièvre à ses auditeurs, quelques-unes exécutées par lui-même, les autres par des artistes établis en jazz comme Emilie-Claire Barlow (Petit matin), Christine Tessan (Fleurs de grésil) et Robert Angelillo (Marie-Hélène, instrumentale). Le temps d’une chanson avec Catherine Pépin a conclu deux heures de musique française avec des classiques de Sylvain Lelièvre dont Toi l’ami, Old Orchard et Petit matin. Pour sa part, Joël Le Bigot, a déniché dans les archives de Radio-Canada, un entretien entre Lelièvre et Monique Giroux sur la composition de la chanson Les choses inutiles. La version instrumentale de cette pièce sert d’ailleurs d’indicatif musical à l’émission hebdomadaire de M. Le Bigot, Samedi et rien d’autre.

L’histoire du parc Sylvain-Lelièvre

© Patrice Laroche (Le Soleil)

Avant d’être d’être nommé parc Sylvain-Lelièvre, l’espace à l’angle du boulevard de la Canardière et de la 4e Avenue a connu une autre vie. Jusqu’à la fin des années des années 1990, l’enseigne BP a régné à cette intersection du Vieux-Limoilou. Suite à la disparition des pompes à essence et du garage de mécanique automobile, l’espace a hébergé quelques années des bacs de recyclage et des conteneurs de récupération. Ce paysage s’est grandement épanoui lorsque le parc Sylvain-Lelièvre a été aménagé et inauguré dans la foulée de la fête de la fondation de la ville de Québec, le 3 juillet 2004. Une célébration a été organisée pour l’occasion en présence de l’ancien maire Jean-Paul L’Allier et l’épouse de Sylvain Lelièvre, Monique Vaillancourt.

Le parc a été conçu par l’architecte paysagiste André Plante. Des conifères, des arbustes et des fleurs encerclent le point central en forme de microsillon. La sculpture suspendue de 25 mètres de long se constitue d’une portée musicale en aluminium reproduisant les deux derniers vers de la chanson Toi l’ami de Sylvain Lelièvre : « Que par-dessus les mers, les villes et les toits se rejoignent nos mains à force d’espérance ».

Source historique : L’angle du boulevard de la Canardière et de la 4e Avenue en 1978
(Le Soleil, 31 octobre 2020)

Photos saisonnières : Carole Beausoleil

Le parc Sylvain-Lelièvre à l’honneur

Dans le cadre de l’émission Des chemins… des histoires sur MAtv, l’historien Denis Angers et l’animatrice Taïna Lavoie ont parcouru le parc Sylvain-Lelièvre à travers leur exploration du quartier Limoilou. Comme l’évoque Denis Angers, l’ancien maire de Québec, Jean-Paul L’Allier a décidé de rendre hommage à Sylvain Lelièvre, lui qui avait si bien chanté Limoilou, la basse-ville, la haute-ville, le quartier, le Petit matin, Marie-Hélène, Lettre de Toronto… Effectivement, ce bel espace vert inauguré le samedi 3 juillet 2004, a célébré ses 15 ans l’été dernier. Ce parc public est situé à l’intersection de la 4e Avenue et du chemin de la Canardière. Les arbustes et les fleurs encerclent le point central en forme de microsillon. Autour du cercle figurent trois chansons de Sylvain Lelièvre soit : La basse villeTombouctou et Petit matin. Une sculpture suspendue de 25 mètres de long en aluminium représente pour sa part une portée musicale reproduisant, selon un choix de la famille Lelièvre, les deux derniers vers de la chanson Toi l’ami : « Que par-dessus les mers, les villes et les toits se rejoignent nos mains à force d’espérance ».

De 2004 à 2009, le lieu a servi de rassemblement pour commémorer la mémoire de l’auteur-compositeur par des spectacles en plein air où des artistes de différents milieux ont interprété ses chansons les plus célèbres.

Extrait de l’émission Des chemins… des histoires : Le chemin de la Canardière et le Domaine Maizerets