Old Orchard avec Fabienne Thibeault

© BAnQ

Dans Mon Starmania, titre de l’ouvrage souvenir de Fabienne Thibeault sur l’opéra-rock, celle-ci rend un bel hommage à Sylvain Lelièvre. La collaboration qu’ils entretiennent s’amorce lorsque cette dernière suit le cours Atelier de chansons, que Lelièvre donne au Collège de Maisonneuve. Fabienne Thibeault y participe pendant deux ans, période au cours de laquelle elle remporte le premier prix du Festival international de la chanson de Granby, en 1974. Durant l’enregistrement de l’album Petit matin, Sylvain Lelièvre invite Fabienne Thibeault à chanter en duo avec lui sa pièce Old Orchard, chanson très populaire du 33 tours. Le succès de Petit matin incite Lelièvre à renouveler l’expérience pour son prochain album, où figure sa célèbre Marie-Hélène. Ils chantent ainsi ensemble sur Programme double et Chanson de Pierrot au printemps 1976.

L’hommage à Kerouac

Figurant sur l’album éponyme de 1978, la chanson Kerouac a été composée par Sylvain Lelièvre en hommage au poète et écrivain franco-américain. Comme professeur de littérature au Collège de Maisonneuve, Sylvain Lelièvre a maintes fois mis au programme de son cours Sur la route de Jack Kerouac. Il lui vouait une grande admiration, en plus d’être fasciné par ses racines québécoises : la mère de Kerouac, Gabrielle-Ange Lévesque, étant native de Saint-Pacôme dans le Bas-Saint-Laurent.

En 2015, la municipalité de Saint-Pacôme a inclus la chanson Kerouac dans une balado disponible dans un parcours découverte sur les traces du célèbre beatnik. Dernièrement, l’ancien ministre et comédien Maka Kotto a revisité la chanson de Sylvain Lelièvre dans une narration qui offre une toute autre dimension à la pièce.

Kerouac lue par Maka Kotto
Kerouac de Sylvain Lelièvre

La salle Sylvain-Lelièvre a 15 ans

À la fin mars, le Collège de Maisonneuve aurait célébré la 7e édition de la FrancoFête de Maisonneuve. Le Foyer du Collège se serait alors transformé en lieu de découverte et d’hommage à un grand homme, enseignant de Maisonneuve, un citoyen engagé, un artiste célébré : Sylvain Lelièvre. Trois ans après son décès, le Collège de Maisonneuve a donné en son honneur son nom à sa grande salle de spectacle. Il y a 15 ans, l’auditorium a été rebaptisé salle Sylvain-Lelièvre. Aussi, afin de palier le climat actuel de confinement, le Service aux étudiants et à la communauté ainsi que le Service des communications a mis en ligne une page dédiée à Sylvain Lelièvre, artiste et enseignant disparu en 2002. La page web se fait l’écho du parcours de l’auteur-compositeur et du pédagogue sous différentes formes : prestations télé et spectacles, courte entrevue et entretien de fond. Un bel univers à explorer de ce grand auteur de chansons, qui a signé deux des pièces les plus connues du répertoire québécois : Petit matin et Marie-Hélène.

CIBL reçoit Monique Vaillancourt-Lelièvre

L’épouse de Sylvain Lelièvre, Monique, a participé à l’émission de Jean Gagnon Doré, La girafe ambleuse, à CIBL, le 18 janvier dernier. L’animateur et son invitée ont parcouru pendant une heure l’univers de l’auteur-compositeur, décédé en 2002. Après un retour sur ses études en architecture, puis en littérature, ils ont évoqué ensemble les débuts du poète à Québec et ensuite à Montréal, à la Boîte à Clairette. Dans ce portrait intimiste de la carrière de Lelièvre, ils ont évoqué quelques-unes de ses chansons-phares dont Marie-Hélène, interprétée à l’occasion par Les sœurs Boulay. Après l’écoute de cette version, Jean Gagnon Doré a souligné la superbe production de l’album hommage Salut Sylvain!, lancé à l’automne 2016, où figurent Les sœurs Boulay, Michel Rivard, Ariane Moffatt et Louis-Jean Cormier, notamment. L’étroite collaboration entre Sylvain Lelièvre et Daniel Lavoie a aussi fait l’objet d’un survol, alors que Mme Vaillacourt-Lelièvre a décrit les rencontres très chaleureuses des deux artistes en création. Ce qui a donné comme résultat Le joueur de piano et Je n’y suis pour personne. En fin d’interview, l’animateur a assuré son invitée d’un nouvel entretien au cours des prochains mois afin de revisiter l’œuvre de Sylvain Lelièvre.

Sylvain Lelièvre chez les Souverains

Sylvain Lelièvre interprétant Marie-Hélène au piano

Dans la foulée de son essai Vol de temps, le réalisateur radio et journaliste Mohamed Lotfi a mis en ligne la visite de Sylvain Lelièvre aux Souverains anonymes. Cet entretien réalisé en mai 1996 est riche en découvertes et confidences sur l’auteur-compositeur. Son passage parmi les détenus de la la prison de Bordeaux est également ponctué de performances musicales dans le deuxième segment de l’émission. Sylvain Lelièvre interprète notamment au piano ses classiques Petit matin, Old Orchard et Tombouctou, Le blues du courrier (avec la participation du public) et aussi Partis de zéro. Sa chanson la plus célèbre, Marie-Hélène fait l’objet d’un enregistrement vidéo : Marie-Hélène chez les Souverains. Outre ces prestations très senties de l’artiste, les échanges entre les détenus et lui-même sont fort touchants et souvent humoristiques.

Souverains anonymes : Sylvain Lelièvre

Vols de temps : chroniques des années anonymes, Mohamed Lotfi, Leméac, 256 p. (2019)