Monsieur Vigneault regrette Sylvain

Alors qu’il fête ses 90 ans et fait paraître un nouvel album, Ma jeunesse, Gilles Vigneault se rappelle ses amis disparus. Interviewé par Ève-Marie Lortie, à l’antenne de Salut Bonjour week-end, le poète de Natashquan regrette le départ de ses compagnons de musique et de chansons, notamment Gaston Rochon, Bruno Fecteau (tous deux pianistes) et «tant d’autres Sylvain Lelièvre». Dès le début de la carrière de Sylvain Lelièvre, Gilles Vigneault a non seulement publié les recueils de poèmes de ce dernier, mais il aussi produit ses premiers albums, sous étiquette Le Nordet. Les deux ont écrit ensemble quelques chansons. En juillet 2017, à l’occasion des 40 ans du Festival d’été de Québec, Monsieur Vigneault avait eu ces mots pour son ami Sylvain : «J’ai beaucoup regretté qu’il n’ait pas eu l’occasion d’écrire ce qu’il aurait pu écrire si la vie le lui avait permis» (Le Soleil).

Article du Soleil

Benoit Gautier envoûte Rimouski avec Lettres de Lelièvre

Au pied de la cathédrale de Rimouski, le 11 juillet dernier, Benoit Gautier a offert son spectacle intitulé Lettres de Lelièvre, en compagnie de ses deux complices Mathieu Gagné, à la basse et contrebasse, et Christian Pamerleau à la batterie. Ensemble, ils ont interprété une bonne quinzaine de pièces du regretté poète et auteur-compositeur de Limoilou, surnommé l’écrivain de la chanson. Les Rimouskois ont ainsi eu droit aux classiques et aux succès de Sylvain Lelièvre parmi lesquelles ont figuré Moman est là, Old Orchard, Toi l’ami, Marie-Hélène, La basse-ville, Lettre de Toronto et Petit matin, entre autres. Depuis 2013, Benoit Gautier effectue une tournée des grandes régions du Québec avec ce spectacle hommage.

De Sylvain… à Lelièvre signé Ginette Paradis tout l’été

Depuis 2012, Ginette Paradis parcourt le Québec avec son spectacle : De Sylvain… à Lelièvre. Ainsi, pour une deuxième année consécutive, l’auteure-compositrice originaire de Limoilou transporte son tour de chant sur les scènes françaises. De Poitiers à Noizay, en passant par Rochefort-sur-Loire et Villaines-les-Rochers, Ginette Paradis offrira à ce nouveau public la poésie de l’écrivain de la chanson.

Comme à son habitude, la Limouloise saura charmer son auditoire avec ses interprétations émouvantes et vibrantes des classiques et des succès de Sylvain Lelièvre. Les spectateurs auront la chance de découvrir les perles du répertoire Lelièvre, à savoir Marie-Hélène, Petit Matin et Old Orchard, à l’instar de Toi l’ami, Le croque-mort à coulisse, Tôt ou tard, jusqu’aux Choses inutiles.

Outre la tournée française, Ginette Paradis doit se produire également à La Pocatière en juillet, Saint-Jean-Port-Joli en août, et Baie-Saint-Paul en septembre. D’autres représentations de De Sylvain… à Lelièvre sont prévues d’ici la fin de l’année. Cet hommage aux chansons et aux mélodies du poète de Limoilou est l’occasion d’entendre le brio des musiciens Gilles Beaudoin, aux claviers, Claude Laflamme, à la guitare-harpe, et Sylvain Audet, à la basse.

Premier prix obtenu par Sylvain Lelièvre

Sylvain Lelièvre a obtenu sa première récompense lors du Grand Prix international de la chanson française, le 28 avril 1963 : il y a 55 ans. Âgé d’à peine 20 ans à l’époque, le jeune auteur-compositeur de Québec a reçu son prix des mains de monsieur Alphonse Ouimet, président de la Société Radio-Canada. Parmi les huit chansons proposées, le jury – composé de responsables d’émissions de variétés de France, Suisse, Belgique et du Canada – a choisi la pièce qui lui semblait contenir les qualités les plus poétiques et musicales. Intitulée Les amours anciennes, la chanson primée a été interprétée par Monique Leyrac. Les auditeurs et téléspectateurs ont pu par eux-mêmes apprécier le verdict du jury international, puisque le gala était radiodiffusé et télédiffusé de la scène de la Comédie-canadienne, à Montréal.

Le trophée est une œuvre de l’artiste montréalaise Arlette Prud’homme. Il est constitué d’émail polychrome sur cuivre plique-à-jour.

Série documentaire sur Sylvain Lelièvre en ligne

À l’occasion des 5 ans de la mort de Sylvain Lelièvre, l’animatrice et réalisatrice Élizabeth Gagnon a conçu une série documentaire sur la vie et la carrière de l’auteur-compositeur décédé en 2002. Durant sept semaines, du 7 juillet au 18 août 2007, deux émissions en parallèle nous ont fait découvrir les facettes méconnues de l’artiste autant sur le plan personnel que professionnel. À 15h, Michel Rivard présentait l’histoire de Sylvain Lelièvre, Le chanteur libre. Alors qu’à 23h, Élizabeth Gagnon prenait la barre de l’émission Lelièvre+, où s’entremêlaient témoignages, découvertes et inédits. À cette série documentaire en deux volets s’est greffée une plateforme web dédiée au contenu audio des émissions. L’équipe de webmestres de la ICI Radio-Canada Première a réalisé une refonte de la première zone web conçue il y a 11 ans en 2017, alors qu’étaient soulignées les 15 années du décès du poète de Limoilou : Sylvain Lelièvre, le chanteur libre.

Pour les fans et admirateurs de l’œuvre de Lelièvre, la plateforme web originale de la série documentaire est toujours disponible. Celle-ci contient des extraits audios, une biographie exhaustive et des archives familiales (photos). Elle est en ligne à cette adresse : Sylvain Lelièvre, repères biographiques et musicaux.