Le Prix Rapsat-Lelièvre
revient à Lisa LeBlanc

La talentueuse Lisa LeBlanc est la récipiendaire du Prix Rapsat-Lelièvre 2013. L’auteure-compositrice-interprète, originaire du Nouveau-Brunswick remporte cette récompense prestigieuse pour la qualité et la singularité de son premier album, lancé l’an dernier. Lisa LeBlanc recevra officiellement son prix à la 20e édition des Francofolies de Spa, en Belgique, en juillet, où elle livrera aussi son spectacle.

 

«Je veux féliciter chaleureusement Lisa LeBlanc, cette étoile montante de la musique dont la carrière est déjà bien ancrée au Québec. C’est maintenant au tour de la communauté de la Wallonie-Bruxelles d’apprécier l’immense talent et l’originalité de cette auteure-compositrice-interprète qui n’en est pas à sa première incursion en Europe et qui est loin d’avoir fini de conquérir de nouveaux publics », a déclaré le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto.

Le Prix Rapsat-Lelièvre, du nom des grands artistes que furent dans leurs pays respectifs Sylvain Lelièvre et Pierre Rapsat, vise à encourager le développement et la promotion de la langue française et à stimuler la production et la diffusion de disques francophones; il est assorti d’une bourse de 5 000 $ pour l’auteur-compositeur-interprète et une aide financière de 10 000 $ au producteur du disque afin d’en assurer la diffusion sur le marché Le prix Rapsat-Lelièvre est remis en alternance à un artiste ou à un groupe du Québec et de la Wallonie-Bruxelles.

L’ouvrage Toi l’ami
lancé à Montréal

La Maison de la culture Rosemont-La Petite-Patrie a accueilli les invités au lancement du livre Toi l’ami. Cent regards sur Sylvain Lelièvre. Le grand écran projetait des photos de Sylvain Lelièvre de toutes les époques, et un trio de musiciens, formé par Robert Angelillo, à la contrebasse, Stéphane Aubin, au piano et Roxane De Lafontaine, au violon, interprétaient ses chansons en version instrumentale. Le maître de cérémonie, Roberto Medile a présenté les deux auteures, Élizabeth Gagnon et Monique Vaillancourt-Lelièvre et l’idéateur du projet, Laurent Lavigne. Chacun a révélé sa petite histoire sur la réalisation de cet ouvrage de 240 pages. Une séance de signatures fort prisée a suivi le discours des auteures.

Couverture photos

Parmi les invités au lancement figuraient des personnes de tous les milieux, à commencer par le frère cadet de Sylvain, Denys Lelièvre, l’interprète Danielle Oddera, la sexologue Jocelyne Robert, l’écrivaine Louise Desjardins, le cinéaste Alain Chartrand, Pierre Calvé, Daniel Gadouas, Philippe Noireaut et Jessica Vigneault, le directeur du Festival en chansons de Petite-Vallée Alan Côté, le directeur de Coup de coeur francophone Alain Chartrand. La graphiste du livre, Pascale Aubin – de S.P.I.N. – était aussi présente. Un grand merci à Monique Garneau, agente culturelle à la Maison de la culture Rosemont-La Petite-Patrie pour sa générosité et son accueil.

Suarez lauréat du prix Rapsat-Lelièvre

Le gouvernement du Québec et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont remis le prix Rapsat-Lelièvre 2012 au groupe belge Suarez pour la qualité de son album L’indécideur.  La remise a eu lieu le 5 novembre dernier au Lion d’Or à Montréal, dans le cadre de Coup de cœur francophone, et en présence de la sous-ministre de la Culture et des Communications Rachel Laperrière et du délégué Wallonnie-Bruxelles à Québec, Daniel Sotiaux. Les membres de Suarez ont interprété trois titres de leur album, dont la très accrocheuse Qu’est-ce que j’aime ça.

Le prix comprend une bourse de 5 000 $ accordée à un auteur-compositeur-interprète ou à un groupe, ainsi qu’une aide de 7 500 € allouée par Wallonie-Bruxelles International au producteur du disque afin d’en assurer la diffusion sur le marché québécois. Le prix Rapsat-Lelièvre est décerné en alternance à un artiste ou à un groupe du Québec et de Wallonie-Bruxelles. Suarez succède ainsi à Jérôme Minière qui a obtenu le prix en 2011 aux Francofolies de Spa.

Sylvain Lelièvre en
10 chansons

Alexandre Vigneault, chroniqueur des arts à La Presse, tire 10 chansons du répertoire Lelièvre et en tisse une réflexion pertinente. La basse-ville, Petit matin, La banlieue, Country Song, Le chanteur indigène, Tout ça pour tromper l’ennui, Qu’est-ce qu’on a fait de nos rêves? Le joueur de piano, La vitre vide et Le plus beau métier, un florilège de pièces inoubliables que le journaliste traite avec nuance et intelligence.

Le regard que pose Alexandre Vigneault sur ces 10 chansons coïncide avec le spectacle Sylvain Lelièvre – Dix ans déjà que Coup de coeur francophone a mis à sa programmation. Afin de commémorer l’homme et l’oeuvre, Jessica Vigneault, Annie Poulain et Philippe Noireaut forment un trio quatre mains et trois voix pour  fêter la poésie Lelièvre:  le 3 novembre à la Maison de la culture Maisonneuve.

 

Emilie-Claire Barlow
ensoleille Petit matin

Chanteuse de la scène jazz canadienne, Emilie-Claire Barlow lance un nouvel album entièrement en français. La Torontoise qui foule souvent les planches du Festival international de jazz de Montréal reprend quelques classiques du répertoire francophone. Parmi celles-cil figure la célèbre Petit matin de Sylvain Lelièvre. Dans une version revisitée à la manière Emilie-Claire, le succès radiophonique de Lelièvre prend une cure de jouvence et se gorge de l’éclat vocal de la grande interprète. Ce nouvel opus intitulé Seule ce soir est attendu en magasin le 16 octobre prochain. La chanteuse quant à elle remonte sur scène avec Petit matin, le 23 novembre à L’Astral, de Montréal, et le 24 novembre au Palais Montcalm, de Québec.

Vidéo promotionnelle de l’album avec Petit matin