De Sylvain… à Lelièvre signé Ginette Paradis tout l’été

Depuis 2012, Ginette Paradis parcourt le Québec avec son spectacle : De Sylvain… à Lelièvre. Ainsi, pour une deuxième année consécutive, l’auteure-compositrice originaire de Limoilou transporte son tour de chant sur les scènes françaises. De Poitiers à Noizay, en passant par Rochefort-sur-Loire et Villaines-les-Rochers, Ginette Paradis offrira à ce nouveau public la poésie de l’écrivain de la chanson.

Comme à son habitude, la Limouloise saura charmer son auditoire avec ses interprétations émouvantes et vibrantes des classiques et des succès de Sylvain Lelièvre. Les spectateurs auront la chance de découvrir les perles du répertoire Lelièvre, à savoir Marie-Hélène, Petit Matin et Old Orchard, à l’instar de Toi l’ami, Le croque-mort à coulisse, Tôt ou tard, jusqu’aux Choses inutiles.

Outre la tournée française, Ginette Paradis doit se produire également à La Pocatière en juillet, Saint-Jean-Port-Joli en août, et Baie-Saint-Paul en septembre. D’autres représentations de De Sylvain… à Lelièvre sont prévues d’ici la fin de l’année. Cet hommage aux chansons et aux mélodies du poète de Limoilou est l’occasion d’entendre le brio des musiciens Gilles Beaudoin, aux claviers, Claude Laflamme, à la guitare-harpe, et Sylvain Audet, à la basse.

Retour du parcours sur Sylvain Lelièvre

Maison d’enfance de Sylvain Lelièvre

La Promenade des écrivains donne rendez-vous aux amoureux de Limoilou afin d’explorer des facettes méconnues du quartier d’enfance de Sylvain Lelièvre. Intitulée «Limoilou, quartier libre», la promenade est ponctuée de clins d’œil au poète et auteur-compositeur-interprète, qui a chanté ce quartier dans plusieurs de ses pièces, principalement dans La basse-ville et Tombouctou. Le parcours est animé par Marie-Ève Sévigny, auteure et directrice de la Promenade des écrivains. Durant 90 minutes, cette dernière lit des extraits de chansons de Sylvain Lelièvre et de son unique roman : Le troisième orchestre. Cette seule œuvre romanesque du poète de Limoilou constitue un regard juste de Québec dans l’ère pré-révolution tranquille. Le quartier y est décrit dans ses moindres détails, entre autres par ses ruelles. À la fin du parcours, en guise de cadeau, Michel Rivard a accepté de contribuer à la magie de cette marche sur Sylvain Lelièvre en composant un poème en hommage à son ami disparu au printemps 2002. Madame Sévigny récite le poème devant la maison d’enfance de Sylvain, au 245, 8e Rue. Moment fort de la promenade.

Deux premières marches ont eu lieu les dimanches 17 et 24 juin 2018. Deux autres sont prévues les samedis 7 et 14 juillet prochains, à 10h30.

Pour information et réservation : 418 641-6797, poste 3

Le départ de la promenade «Limoilou, quartier libre» commence à la station de radio CKRL : 405, 3e Avenue, Québec, G1L 2W2

Premier prix obtenu par Sylvain Lelièvre

Sylvain Lelièvre a obtenu sa première récompense lors du Grand Prix international de la chanson française, le 28 avril 1963 : il y a 55 ans. Âgé d’à peine 20 ans à l’époque, le jeune auteur-compositeur de Québec a reçu son prix des mains de monsieur Alphonse Ouimet, président de la Société Radio-Canada. Parmi les huit chansons proposées, le jury – composé de responsables d’émissions de variétés de France, Suisse, Belgique et du Canada – a choisi la pièce qui lui semblait contenir les qualités les plus poétiques et musicales. Intitulée Les amours anciennes, la chanson primée a été interprétée par Monique Leyrac. Les auditeurs et téléspectateurs ont pu par eux-mêmes apprécier le verdict du jury international, puisque le gala était radiodiffusé et télédiffusé de la scène de la Comédie-canadienne, à Montréal.

Le trophée est une œuvre de l’artiste montréalaise Arlette Prud’homme. Il est constitué d’émail polychrome sur cuivre plique-à-jour.

Série documentaire sur Sylvain Lelièvre en ligne

À l’occasion des 5 ans de la mort de Sylvain Lelièvre, l’animatrice et réalisatrice Élizabeth Gagnon a conçu une série documentaire sur la vie et la carrière de l’auteur-compositeur décédé en 2002. Durant sept semaines, du 7 juillet au 18 août 2007, deux émissions en parallèle nous ont fait découvrir les facettes méconnues de l’artiste autant sur le plan personnel que professionnel. À 15h, Michel Rivard présentait l’histoire de Sylvain Lelièvre, Le chanteur libre. Alors qu’à 23h, Élizabeth Gagnon prenait la barre de l’émission Lelièvre+, où s’entremêlaient témoignages, découvertes et inédits. À cette série documentaire en deux volets s’est greffée une plateforme web dédiée au contenu audio des émissions. L’équipe de webmestres de la ICI Radio-Canada Première a réalisé une refonte de la première zone web conçue il y a 11 ans en 2017, alors qu’étaient soulignées les 15 années du décès du poète de Limoilou : Sylvain Lelièvre, le chanteur libre.

Pour les fans et admirateurs de l’œuvre de Lelièvre, la plateforme web originale de la série documentaire est toujours disponible. Celle-ci contient des extraits audios, une biographie exhaustive et des archives familiales (photos). Elle est en ligne à cette adresse : Sylvain Lelièvre, repères biographiques et musicaux.

 

27 personnalités qui devraient réssuciter

© Laurence Labat

Sylvain Lelièvre figure parmi les 27 personnalités québécoises décédées dont la résurrection est souhaitée dans le Journal de Montréal, en ce week-end pascal. L’auteur-compositeur-interprète, récipiendaire de 4 Félix, est entouré de figures emblématiques du Québec moderne, tels que Gilles Villeneuve, Anne Hébert, Jean Béliveau, Robert Gravel, Gerry Boulet, René Lévesque, Gabrielle Roy, Rita Lafontaine, Pauline Julien et La Bolduc, pour ne nommer que celles-ci.

Disparu à l’âge de 59 ans, Sylvain Lelièvre est décédé subitement au retour d’un atelier d’écriture passé aux Îles-de-la-Madeleine. L’escale à l’aéroport international Jean-Lesage s’est avéré son dernier arrêt. Après quelques tentatives pour le réanimer, l’hôtesse d’Air Canada Jazz a communiqué avec le CHUL de Québec pour obtenir une ambulance d’urgence. À son arrivée à l’hôpital universitaire, Sylvain Lelièvre a été ausculté par l’urgentologue en poste, le dimanche 28 avril 2002. Ce dernier a rapidement observé une grave anomalie neurologique vasculaire. Aussi, a-t-il fait transférer monsieur Lelièvre en oxygénothérapie à l’Hôtel-Dieu de Lévis pour un traitement en chambre hyperbare. Victime d’un accident barotraumatique, qui lui a occasionné une embolie cérébrale gazeuse sévère suite à la décompression de l’avion en vol, Sylvain Lelièvre n’a pas repris conscience entre son admission à Lévis et son décès, deux jours plus tard, entouré des siens, le mardi 30 avril 2002.