Le parc Sylvain-Lelièvre à l’honneur

Dans le cadre de l’émission Des chemins… des histoires sur MAtv, l’historien Denis Angers et l’animatrice Taïna Lavoie ont parcouru le parc Sylvain-Lelièvre à travers leur exploration du quartier Limoilou. Comme l’évoque Denis Angers, l’ancien maire de Québec, Jean-Paul L’Allier a décidé de rendre hommage à Sylvain Lelièvre, lui qui avait si bien chanté Limoilou, la basse-ville, la haute-ville, le quartier, le Petit matin, Marie-Hélène, Lettre de Toronto… Effectivement, ce bel espace vert inauguré le samedi 3 juillet 2004, a célébré ses 15 ans l’été dernier. Ce parc public est situé à l’intersection de la 4e Avenue et du chemin de la Canardière. Les arbustes et les fleurs encerclent le point central en forme de microsillon. Autour du cercle figurent trois chansons de Sylvain Lelièvre soit : La basse villeTombouctou et Petit matin. Une sculpture suspendue de 25 mètres de long en aluminium représente pour sa part une portée musicale reproduisant, selon un choix de la famille Lelièvre, les deux derniers vers de la chanson Toi l’ami : « Que par-dessus les mers, les villes et les toits se rejoignent nos mains à force d’espérance ».

De 2004 à 2009, le lieu a servi de rassemblement pour commémorer la mémoire de l’auteur-compositeur par des spectacles en plein air où des artistes de différents milieux ont interprété ses chansons les plus célèbres.

Extrait de l’émission Des chemins… des histoires : Le chemin de la Canardière et le Domaine Maizerets

Petit matin vs Les choses inutiles

Le journaliste et animateur Joël Le Bigot a évoqué la disparition de Sylvain Lelièvre à son émission Samedi et rien d’autre, le 4 mai dernier. Le Bigot rappelait à son auditoire de Radio-Canada qu’il était encore triste de la disparition de l’auteur-compositeur, même 17 ans après son décès : le 30 avril 2002. Aussi, afin de souligner cet anniversaire, l’animateur a proposé à son équipe et ses auditeurs le premier grand succès radio de Lelièvre, Petit matin.

Faut-il le souligner, depuis plus de 15 ans, l’indicatif musical à l’ouverture de l’émission Samedi et rien d’autre n’est nulle autre que la version instrumentale de Les choses inutiles de Sylvain Lelièvre. La pièce figure sur le dernier album studio du poète, lancé à l’automne 1998. Dans ses anecdotes de création, Lelièvre relatait le petit côté Trenet surréaliste voire anarchiste du couplet suivant :

Je rêve d’un monde indocile
Où les crocodiles
Et les orchidées
Auraient chaque année bissextile
Le droit d’être une île
Ou même député
La vie n’en s’rait pas plus facile
L’argent moins servile
Mais on peut rêver
Et tant pis si j’passe pour un fossile
J’aime les choses inutiles
Qui donnent à chanter

Benoit Gautier chante Sylvain Lelièvre

benoit_gautierLe spectacle Toi l’ami de Benoit Gautier débute le 2 novembre à 20h au Rendez-vous du thé, dans le quartier Ahuntsic, à Montréal. Auteur-compositeur-interprète et pianiste, Benoit Gautier plonge à fond dans l’œuvre de Sylvain Lelièvre… par affinités d’abord, puis pour le partage, et enfin par souci de rendre au poète de Limoilou la pérennité qu’on lui doit. Petit matin, Marie-Hélène, Chanson du bord de l’eau, La basse-ville, Qu’est-ce qu’on a fait de nos rêves? Lettre de Toronto, Les choses inutiles, etc. Autant de perles que l’on ne saurait oublier!

Petit matin du Japon à l’OSQ

Emilie-Claire Barlow chantant Petit matin
Emilie-Claire Barlow chantant Petit matin

La chanteuse jazz Emilie-Claire Barlow interprète Petit matin dans tous ses spectacles. Ce succès de Sylvain Lelièvre l’a accompagné jusqu’au Japon. Présente sur son album Seule ce soir, Petit matin est une des pièces-phares de cet opus. Elle est d’ailleurs fort appréciée du public dans les spectacles de la chanteuse. Récemment, c’est avec l’Orchestre symphonique de Québec qu’Emilie-Claire Barlow a ravi les spectateurs du Grand Théâtre de Québec. Un arrangement spécial pour orchestre de Petit matin a été concocté pour l’occasion par le guitariste Reg Schwager.