Marie-Hélène au temps du masque

À la semaine prochaine, l’émission humoristique de la radio de Radio-Canada, a offert sa vision 2021 de «Marie-Hélène». Imité par Pierre Verville, Sylvain Lelièvre chante une version adaptée à notre époque de son grand succès : «C’est pas facile d’être étudiant / Porter un masque tout le temps / L’école ce n’est plus comme avant / Avoir son DEC dans dix ans». Écouter le segment de l’émission: Sylvain Lelièvre À la semaine prochaine.

Sylvain Lelièvre s’est déjà confié au micro de Monique Giroux au sujet de Marie-Hélène: «Au départ, ce n’était pas une fille, c’était plus une génération. Je ne connaissais aucune Marie-Hélène. Après, il y a eu évidemment des jeunes filles qui m’arrêtaient et qui me disaient: [C’est moi, Marie-Hélène!]».

Version télévisée de Marie-Hélène avec les musiciens d’origine de l’album (1976).

Clin d’œil à Marie-Hélène

Sur son deuxième album, l’ex-leader des Parfaits salauds, Rémy Caset rend hommage à Marie-Hélène dans sa chanson Éléonore. L’auteur-compositeur-interprète reprend le célèbre refrain en ces mots : «Elle trouve ça dur d’avoir vingt ans / Comme une certaine Marie-Hélène / Y a pas si longtemps». La sympathique pièce folk nous entraîne dans la vie d’Éléonore qui cherche l’amour et le réconfort. À l’exemple de son premier album solo, L’hippocampe aux yeux clairs ravit les critiques comme ici sous la plume de Sylvain Cormier du Devoir, qui lui accorde trois étoiles et demie.

La salle Sylvain-Lelièvre a 15 ans

À la fin mars, le Collège de Maisonneuve aurait célébré la 7e édition de la FrancoFête de Maisonneuve. Le Foyer du Collège se serait alors transformé en lieu de découverte et d’hommage à un grand homme, enseignant de Maisonneuve, un citoyen engagé, un artiste célébré : Sylvain Lelièvre. Trois ans après son décès, le Collège de Maisonneuve a donné en son honneur son nom à sa grande salle de spectacle. Il y a 15 ans, l’auditorium a été rebaptisé salle Sylvain-Lelièvre. Aussi, afin de palier le climat actuel de confinement, le Service aux étudiants et à la communauté ainsi que le Service des communications a mis en ligne une page dédiée à Sylvain Lelièvre, artiste et enseignant disparu en 2002. La page web se fait l’écho du parcours de l’auteur-compositeur et du pédagogue sous différentes formes : prestations télé et spectacles, courte entrevue et entretien de fond. Un bel univers à explorer de ce grand auteur de chansons, qui a signé deux des pièces les plus connues du répertoire québécois : Petit matin et Marie-Hélène.

CIBL reçoit Monique Vaillancourt-Lelièvre

L’épouse de Sylvain Lelièvre, Monique, a participé à l’émission de Jean Gagnon Doré, La girafe ambleuse, à CIBL, le 18 janvier dernier. L’animateur et son invitée ont parcouru pendant une heure l’univers de l’auteur-compositeur, décédé en 2002. Après un retour sur ses études en architecture, puis en littérature, ils ont évoqué ensemble les débuts du poète à Québec et ensuite à Montréal, à la Boîte à Clairette. Dans ce portrait intimiste de la carrière de Lelièvre, ils ont évoqué quelques-unes de ses chansons-phares dont Marie-Hélène, interprétée à l’occasion par Les sœurs Boulay. Après l’écoute de cette version, Jean Gagnon Doré a souligné la superbe production de l’album hommage Salut Sylvain!, lancé à l’automne 2016, où figurent Les sœurs Boulay, Michel Rivard, Ariane Moffatt et Louis-Jean Cormier, notamment. L’étroite collaboration entre Sylvain Lelièvre et Daniel Lavoie a aussi fait l’objet d’un survol, alors que Mme Vaillacourt-Lelièvre a décrit les rencontres très chaleureuses des deux artistes en création. Ce qui a donné comme résultat Le joueur de piano et Je n’y suis pour personne. En fin d’interview, l’animateur a assuré son invitée d’un nouvel entretien au cours des prochains mois afin de revisiter l’œuvre de Sylvain Lelièvre.