Pierre Calvé couronné
du Prix Sylvain-Lelièvre

pcLa Fondation SPACQ a distribué ses prix le 3 octobre dernier. L’auteur-compositeur-interprète Pierre Calvé a remporté à cette occasion le Prix Sylvain-Lelièvre. L’épouse de Sylvain, Monique Vaillancourt-Lelièvre, était présente pour lui remettre la récompense, qui s’accompagne d’une bourse de 10 000 $ remise par la société Fiera Capital. Le prix souligne ainsi l’ensemble des œuvres de Pierre Calvé.

L’aura de Sylvain Lelièvre a plané sur toute la cérémonie. En plus du témoignage de Pierre Calvé, Danielle Oddera a rappelé la mémoire de son ami en acceptant le Prix Lucille Dumont pour l’ensemble de sa carrière. Le parolier Norman Racicot a également évoqué l’apport de Sylvain Lelièvre dans sa vie en recevant le Prix Luc Plamondon.

Le prix Sylvain-Lelièvre décerné à Plume

La Société professionnelle des auteurs et compositeurs du Québec (SPACQ) a tenu son dîner annuel. Plume Latraverse a été récompensé pour sa «carrière exceptionnelle» d’auteur-compositeur en obtenant le Prix Sylvain-Lelièvre. En lui remettant la distinction, Monique Lelièvre – épouse de Sylvain – a évoqué le poète, le rebelle et l’amoureux des mots. Similairement à Sylvain Lelièvre, Plume est un observateur du quotidien au regard caustique, souvent humoristique. Elle a ajouté qu’il avait réussi une carrière en marge du grand cirque médiatique. Elle l’a remercié pour sa pertinence, son authenticité, sa tendresse et sa persévérance. En verve, Plume a brossé le portrait de son métier:

«Avez-vous remarqué que la plupart des gens qui sont ici sont affectés de la même maladie, qui est celle de faire des chansons ? Va donc savoir comment ça commence ! Moi, ç’a commencé de façon bénigne à l’adolescence, quand la vie m’a rentré dedans d’aplomb ; c’est là que ça s’est mêlé à mes anticorps, ça m’est rentré dans le système immunitaire, et je m’en suis servi pour me garder la tête hors de l’eau. Et finalement, par accoutumance, c’est devenu une manie, parce que t’es comme un écureuil dans ce métier-là : t’es dans ta cage, tu tournes dans la roulette, tu crées ta propre énergie, pis non content de courir dans la roulette, tu vas courir autour de la province, tu vas courir dans les autres pays, tu vas vendre tes germes! Tu rends tout le monde malade ! Et puis, tu reviens à ta roulette, et là tu t’aperçois qu’en réalité tu tournes pas : tu creuses ! Tu creuses un trou. Pis ça, t’appelles ça une carrière. À la fin, t’es pogné dans ton trou, t’es comme un mineur de toi-même. Des fois t’as bonne mine, des fois t’as la mine basse avec ta mine de crayon […].» Propos notés par Sylvain Cormier, Le Devoir (Temps suspendus à la SPACQ).

Monsieur Jean-Guy Desjardins, président de Fiera Capital, était présent pour la remise du Prix Sylvain-Lelièvre qui comporte une bourse de 15 000 $.

Couverture de Daniel Lemay de La Presse :
Plume et Cassonade honorés par leurs pairs

Richard Séguin mérite le prix Sylvain-Lelièvre

oct_2010-RSeguinLa cuvée 2010 des récipiendaires de la Fondation SPACQ (Société professionnelle des auteurs et compositeurs du Québec) a été riche en lauréats. Les artisans de la chanson québécoise ont été célébrés en grande pompe, le 18 octobre dernier. Dans la catégorie «carrière exceptionnelle d’auteur-compositeur-interprète», Richard Séguin a remporté le prix Sylvain-Lelièvre. Ce dernier s’est dit très heureux de recevoir cette distinction. Il en a profité pour souligner la présence Gilles Vigneault, qui, selon Richard Séguin, lui a «ouvert un rideau par lequel on pouvait voir un sentier qui s’appelle la chanson.»

Le prix Sylvain-Lelièvre est accompagné d’une bourse de 10 000 $, remise par Astral Média, commanditaire du prix. D’ailleurs, Mmes Claude Laflamme, d’Astral Média, et Monique Vaillancourt-Lelièvre, épouse de Sylvain, lui ont présenté la récompense. Auparavant, le prix avait été décerné à Clémence Desrochers (2009), Jean-Pierre Ferland (2008), Claude Léveillée (2007) et Claude Gauthier (2006).

Parmi les autres récipiendaires de la Fondation SPACQ 2010 ont figuré notamment : Lynda Lemay (prix Robert-Charlesbois); Marc Chabot (prix Luc-Plamondon), Marie-Pierre Arthur et Alexandre Désilets (prix Gilles-Vigneault)

Lauréats de la Fondation SPACQ 2010