L’inspiration Kerouac

Le 12 mars dernier a marqué le 100e anniversaire de Jack Kerouac. Le plus célèbre membre de la Beat Generation a marqué Sylvain Lelièvre, qui a enseigné son œuvre pendant toute sa carrière de professeur de littérature au Collège de Maisonneuve; ce dernier a maintes fois mis au programme deux des romans les plus inoubliables de Kerouac : Sur la route et Big Sur. En 1976, Sylvain Lelièvre lui a rendu hommage dans une chanson simplement intitulée Kerouac, dont le premier couplet est évocateur de l’influence du romancier et poète franco-américain :

«La seule fois que je t’ai vu
À la télé en soixante-sept
T’avais l’air d’un bûcheron perdu
Dans sa légende de poète
Si je t’ai cru presque parent
C’était peut-être, malgré moi
Juste à cause de ton accent
D’un vieux «mon-oncle des États»

La municipalité de Saint-Pacôme, dans le Bas-Saint-Laurent, a mis en œuvre un circuit balado découverte sur les traces du plus connu des beatnik. Une des étapes de ce parcours inclut la chanson Kerouac. Au printemps 2020, l’ancien ministre et comédien Maka Kotto a revisité la chanson de Sylvain Lelièvre dans une narration qui offre une toute autre dimension à la pièce: Lecture de Kerouac

Paroles complètes de la chanson

Les duos avec Fabienne Thibeault

© BAnQ

Dans Mon Starmania, titre de l’ouvrage souvenir de Fabienne Thibeault sur l’opéra-rock, celle-ci rend un bel hommage à Sylvain Lelièvre. La collaboration qu’ils entretiennent s’amorce lorsque cette dernière suit le cours Atelier de chansons, que Lelièvre donne au Collège de Maisonneuve. Fabienne Thibeault y participe pendant deux ans, période au cours de laquelle elle remporte le premier prix du Festival international de la chanson de Granby, en 1974. Durant l’enregistrement de l’album Petit matin, Sylvain Lelièvre invite Fabienne Thibeault à chanter en duo avec lui sa pièce Old Orchard, chanson très populaire du 33 tours. Le succès de Petit matin incite Lelièvre à renouveler l’expérience pour son prochain album, où figure sa célèbre Marie-Hélène. Ils chantent ainsi ensemble sur Programme double et Chanson de Pierrot au printemps 1976.

La salle Sylvain-Lelièvre a 15 ans

À la fin mars, le Collège de Maisonneuve aurait célébré la 7e édition de la FrancoFête de Maisonneuve. Le Foyer du Collège se serait alors transformé en lieu de découverte et d’hommage à un grand homme, enseignant de Maisonneuve, un citoyen engagé, un artiste célébré : Sylvain Lelièvre. Trois ans après son décès, le Collège de Maisonneuve a donné en son honneur son nom à sa grande salle de spectacle. Il y a 15 ans, l’auditorium a été rebaptisé salle Sylvain-Lelièvre. Aussi, afin de palier le climat actuel de confinement, le Service aux étudiants et à la communauté ainsi que le Service des communications a mis en ligne une page dédiée à Sylvain Lelièvre, artiste et enseignant disparu en 2002. La page web se fait l’écho du parcours de l’auteur-compositeur et du pédagogue sous différentes formes : prestations télé et spectacles, courte entrevue et entretien de fond. Un bel univers à explorer de ce grand auteur de chansons, qui a signé deux des pièces les plus connues du répertoire québécois : Petit matin et Marie-Hélène.

Conférence sur Sylvain Lelièvre

De gauche à droite : Louis Caron et les retraités du Collège de Maisonneuve

Dans le cadre des Activités pour retraités et préretraités du Collège de Maisonneuve, Louis Caron a animé la conférence intitulée : Sylvain Lelièvre et l’air du temps, en deçà et au-delàSpécificité, actualité et pertinence de son œuvre. Du 28 janvier au 27 février 2019, M. Caron – ancien professeur du Collège et ancien confrère de Lelièvre – a présenté l’œuvre en chansons de l’auteur-compositeur-interprète, originaire de Québec. À travers le portrait qu’il brosse du père de Marie-Hélène, Louis Caron évoque l’important héritage musical de ce dernier, tant au Québec que dans l’ensemble de la francophonie. Il revient sur l’œuvre foisonnante de l’artiste créée depuis le milieu des années 1960 jusqu’à son décès inattendu en avril 2002. Dans l’air du temps qui est le nôtre, M. Caron est d’avis qu’il nous appartient maintenant de découvrir ou redécouvrir les chansons et, à travers leur approfondissement, le chanteur et l‘homme libres qui nous touche tant.

 

Professeur retraité de science politique, Louis Caron a également tenu une conférence intitulée Sylvain Lelièvre, l’Homme et l’œuvre au même Collège de Maisonneuve, en novembre 2008. Appuyé de documents audio, M. Caron a retracé les grandes étapes de la carrière du poète de Limoilou à travers ses chansons et surtout les thèmes qui lui étaient chers.